[wonderplugin_audio id="1"]

Ça coûte cher aller dans l’sud

Ça coûte cher aller dans l’Sud propose aux francophiles des textes engagés, un mélange de sucré salé aux prises de voix crémeuses. C’est l’arôme du café latté qui se prend tout en douceur et qui interpelle l’attention de l’auditeur avec un brin d’humour, de tendresse, de fibres de l’enfant rebelle, de strates musicales aux couleurs acoustiques soyeuses, harmonieuses, caressantes, vivantes; le tout portant le sceau de la transparence. C’est un moment intime avec l’artiste, quelques délicieux craquelins tout en notes, des accolades cuivrés, le piano du bistro, les percussions latines, l’écho du vibraphone qui descend sur la mousse dorée du latté. « Un peu comme son premier chapitre artistique, Louise Chiasson nous offre ici six plages pop aux tendances jazz qui nous caressent, nous bercent. Les textes sont tantôt tendres tantôt satiriques, mais toujours remplis de vérité comme la plage titre ÇA COÛTE CHER ALLER DANS L’SUD. Une dénonciation des vrais coûts d’un voyage tout compris. Un de mes coups de cœur est JE QUITTE LE JEU. Un texte intelligent sur le jeu de la séduction des bars et bistros, là où l’humain se perd dans la prétention d’être vrai afin de se mériter une belle peine d’amour. Il y a aussi UN PETIT BOUT DE NOUS, un texte puissant sur le besoin de s’exprimer, partager, s’exposer. Une affirmation du besoin de cette drogue appelée musique. Et finalement un bel hommage à une sœur, une amie, peu importe, une femme qui se dévoue à son rôle de mère. À CAUSE DE TOI est tout à fait charment. » M.Lalonde, Chroniqueur de Disque, Vague-FM Le Canada, c’est un hommage à notre beau pays, à la vie colorée des gens d’ici, au frisson de perfection qui émane d’un simple flocon de neige. L’espace d’un moment, avec Quelques regrets sournois, un retour sur son dernier séjour au Nouveau Brunswick, berceau de ses parents et racines de son enfance, l’artiste soupir. Tout avait changé là-bas… C’est donc sur une Adaptation du « Petit Adagio » d’Alexander Glazounov, tirée du titre « Les Saisons, Op. 67”, thème de la série « Un homme et son péché » (Radio-Canada, 1939–1962) et de son adaptation subséquente « Les Belles Histoires des pays d'en haut » (1956–1970), que l’artiste livre cette délicate thématique. C’est avec le plus grand soin qu’elle y ajoute quelques notes entre les intervalles soutenus afin de créer un environnement propice à l’ajout de ces quelques regrets sournois. 17.70 $ CAD Description: Ça coûte cher aller dans l’Sud propose aux francophiles des textes engagés, un mélange de sucré salé aux prises de voix crémeuses. C’est l’arôme du café latté qui se prend tout en douceur et qui interpelle l’attention de l’auditeur avec un brin d’humour, de tendresse, de fibres de l’enfant rebelle, de strates musicales aux couleurs acoustiques soyeuses, harmonieuses, caressantes, vivantes; le tout portant le sceau de la transparence. C’est un moment intime avec l’artiste, quelques délicieux craquelins tout en notes, des accolades cuivrés, le piano du bistro, les percussions latines, l’écho du vibraphone qui descend sur la mousse dorée du latté. « Un peu comme son premier chapitre artistique, Louise Chiasson nous offre ici six plages pop aux tendances jazz qui nous caressent, nous bercent. Les textes sont tantôt tendres tantôt satiriques, mais toujours remplis de vérité comme la plage titre ÇA COÛTE CHER ALLER DANS L’SUD. Une dénonciation des vrais coûts d’un voyage tout compris. Un de mes coups de cœur est JE QUITTE LE JEU. Un texte intelligent sur le jeu de la séduction des bars et bistros, là où l’humain se perd dans la prétention d’être vrai afin de se mériter une belle peine d’amour. Il y a aussi UN PETIT BOUT DE NOUS, un texte puissant sur le besoin de s’exprimer, partager, s’exposer. Une affirmation du besoin de cette drogue appelée musique. Et finalement un bel hommage à une sœur, une amie, peu importe, une femme qui se dévoue à son rôle de mère. À CAUSE DE TOI est tout à fait charment. » M.Lalonde, Chroniqueur de Disque, Vague-FM Le Canada, c’est un hommage à notre beau pays, à la vie colorée des gens d’ici, au frisson de perfection qui émane d’un simple flocon de neige. L’espace d’un moment, avec Quelques regrets sournois, un retour sur son dernier séjour au Nouveau Brunswick, berceau de ses parents et racines de son enfance, l’artiste soupir. Tout avait changé là-bas… C’est donc sur une Adaptation du « Petit Adagio » d’Alexander Glazounov, tirée du titre « Les Saisons, Op. 67”, thème de la série « Un homme et son péché » (Radio-Canada, 1939–1962) et de son adaptation subséquente « Les Belles Histoires des pays d'en haut » (1956–1970), que l’artiste livre cette délicate thématique. C’est avec le plus grand soin qu’elle y ajoute quelques notes entre les intervalles soutenus afin de créer un environnement propice à l’ajout de ces quelques regrets sournois.
cd-2-louise-chiasson-pochette

information

$17.70

UGS : DDCA-LC!302

ARTISTES: Louise Chiasson

GENRE MUSICALE : Jazz/Blues

CONTACT :

apcmottawa@gmail.com
Twitter
Facebook
Instagram
YouTube
SOCIALICON
X